Culture

L’Irlande et la Culture

Dès l’origine, l’Irlande a souhaité placer la culture au cœur de ses priorités politiques (Eamon de Valera, Taoiseach, 1952). La politique culturelle de l’Irlande est placée sous l’égide du Department of Arts, Heritage and the Gaeltacht (Département des arts, du patrimoine et de la langue gaélique - équivalent du ministère de la culture en France) et de son ministre Jimmy Deenihan. Cependant l’action culturelle du gouvernement repose sur plusieurs institutions nationales et principalement sur l’Arts Council (crée en 1951), agence de promotion des arts en Irlande et longtemps véritable succédané à un ministère de la culture, et CultureIreland (crée en 2005), operateur de l’action culturelle extérieure de l’Irlande (équivalent de l’Institut Français).

Inspirée par le modèle britannique, l’Irlande a opté pour une forme de retenue politique, préférant la forme de l’Etat-mécène. Depuis 1993, d’importants financements publics ont été injectés dans le secteur culturel jusqu’à l’apparition de la crise économique de 2008. Depuis lors, les réductions budgétaires se sont multipliées, le budget total alloué au secteur culturel passant de 224 millions d’euros à 188 millions d’euros (-16%), et le budget de l’Arts Council de 81 millions à 63 millions (-22%). Pour 2013 les coupes budgétaires annoncées seraient à hauteur de 5 millions d’euros et de 7 millions d’euros pour 2014.

A ces fins et dans le cadre du plan de réforme de la fonction publique, le gouvernement vise à fusionner plusieurs institutions culturelles majeures, dont l’Irish Museum of Modern Art et la National Gallery of Ireland, la National Library et le National Museum of Ireland. En réponse à ces mesures radicales, les milieux artistiques se sont mobilisés auprès du grand public en lançant la National Campaign For the Arts (NCFA).

Le gouvernement entend pallier ces restrictions budgétaires en encourageant massivement le recours à des fonds privés avec des nouvelles initiatives ("Philanthropy Leverage Initiative" et "RAISE"). Le mécénat privé demeure toutefois encore limité au regard d’autres secteurs comme le sport.

Le secteur des arts et de la culture emploie quelques 50 000 personnes en Irlande soit presque autant que le secteur clé des technologies de communication et d’information. Ainsi l’Arts Council justifie son existence par le fait que « la culture est un des secteurs les plus productifs et innovants de notre économie, ainsi que le prouve [son] soutien à 2267 emplois, 2000 événements culturels et 400 organismes, permettant de générer 192 millions d’euros de chiffre d’affaires et un retour sur investissement de 41 millions d’euros d’impôts. Et d’ajouter que le secteur culturel, entendu au sens large des industries culturelles, génère 76 862 emplois et plus de 4 milliards d’euros en valeur ajoutée brute, selon un tout récent rapport ("Assessment of the Economic Impact of the Arts in Ireland", octobre 2012).

Malgré cette volonté réaffirmée, les dépenses publiques, en matière culturelle, n’atteignent que 41€ par habitant, ce qui place l’Irlande entre la Grèce (30€) et la Hongrie (50€), loin de la Grande-Bretagne (78€) et plus encore de la France (197€) ou des pays Scandinaves (au-delà des 200€).

La diffusion de la culture irlandaise se fait de manière privilégiée en direction du voisin britannique, tant pour des raisons historiques qu’eu égard à la proximité linguistique. Les Etats-Unis constituent l’autre grand objectif des opérateurs irlandais, avec un programme spécifique, Imagine Ireland, doté de 3 millions d’euros (soit presque autant que le budget total de Culture Ireland, de près de 4 millions en 2011).

Cependant en 2013, dans le cadre de la Présidence irlandaise du Conseil de l’U.E et du 40e anniversaire de l’adhésion de l’Irlande à l’UE, le gouvernement irlandais a exceptionnellement alloué 3 millions d’euros à la culture. Culture Ireland recevra 1,55 millions d’euros issus de cette enveloppe, à employer de manière privilégiée en direction de la France et de l’Allemagne. L’année 2013 verra aussi la concrétisation du plus grand projet touristique jamais entrepris par l’Irlande. The Gathering Ireland 2013 cible les 70 millions de personnes à travers le monde qui revendiquent des origines irlandaises. Cette initiative est supposée attirer près de 350 000 visiteurs sur l’île en 2013.

La coopération culturelle entre la France et l’Irlande

Aux côtés de nos amis et partenaires irlandais, le poste affirme le rôle de la culture et de la recherche comme pistes de sortie de crise, puissances créatrice de sens et de capital symbolique et économique : cap et horizon de notre diplomatie culturelle.

L’action du poste se fait en partenariat avec les institutions ou les organisations culturelles majeures en Irlande, dans le cadre d’événements, et en direction d’un public, prescripteurs.

Cette action inclut une participation aux festivals majeurs du pays (Dublin Dance festival, Jameson International Film Festival, Wexford Opera Festival, etc.), des partenariats avec les grandes institutions (Chester Beatty Library, Irish Museum of Modern Art, Irish Film Institute, Irish Architecture Fondation, etc.) et des initiatives telles que : présence à la première quinquennale d’art contemporain de Dublin (Dublin Contemporary 2011), exposition « La Shoah en Europe » (partenariat avec le Ministère de la justice irlandais et le Mémorial à Paris) ; conférence sur la numérisation des archives (partenariat BNF, Trinity College).

Le poste met systématiquement à profit les ressources et l’expertise de l’Institut français et le dispositif français en Irlande (Lycée Français d’Irlande (LFI), UBIFrance et chambre de commerce franco-irlandaise.

En outre il s’appuie sur l’Alliance française de Dublin et le réseau des Alliances Française. Historiquement bien implantée et forte des liens d’amitié qui unit les deux pays ainsi que de la place privilégiée du français dans le marché national des langues, l’Alliance française résiste dans un contexte rendu difficile du fait de la crise économique (diminution de près de la moitié du nombre d’apprenants entre 2008 et 2011).

3. La programmation croisée dans le cadre de la Présidence irlandaise

Avec ses partenaires irlandais, d’une part, et le Centre culturel irlandais à Paris, d’autre part, le SCAC présentera un ensemble d’événements sous le label de la Présidence irlandaise de l’UE, entre autres :

• Exposition « 1689-2012. Les Irlandais et la France : trois siècles de relations militaires » au National Museum of Ireland, Collins Barracks en partenariat avec le Musée de l’Armée, Paris (janvier- juin 2013) ;
• Exposition "Becoming Independent" avec l’artiste française Zineb Sedira à la Royal Hibernian Academy (janvier- mars 2013) ;
• Concert d’Alexandre Desplat avec le RTE Symphony Orchestra au National Concert Hall - dans le cadre du Jameson Dublin International Film Festival (février 2013) ;
• Présentation de la revue MEET Dublin au Centre culturel irlandais à Paris : 10 écrivains dublinois ;
• Exposition "Le Cubisme en France et en Irlande" Cork, Dublin (février - juin 2013) ;
• Anniversaire du Traité de l’Elysée en partenariat SCAC/Ambassade d’Allemagne et Alliance Française/Goethe Institute (mars 2013) ;
• Franco-Irish Literary Festival (19-21 avril 2013) ;
• Fête de la Musique - Love : Live Music (21 juin 2013).

Informations complémentaires :

- Service de Coopération et d’Action Culturelle

- Alliance Française de Dublin

publié le 30/01/2014

haut de la page