Elodie Ruelle, chercheuse à Teagasc

Nous avons rencontré Elodie Ruelle, chercheuse à Teagasc au centre de Moorepark. Elle nous décrit son activité en Irlande et son parcours.

Cela fait maintenant plus de quatre ans qu’Elodie travaille au centre de Moorepark de Teagasc. Arrivée comme doctorante, c’est en tant que docteur en agronomie qu’Elodie travaille à présent en Irlande.

« Ma recherche ? C’est Farmville mais en vrai »

En Septembre 2011, nous étions deux doctorantes française à arriver à Moorepark, Charlotte Paillette et moi-même. Le sujet de la thèse de Charlotte était de simuler la croissance de l’herbe en fonction des conditions climatiques, des pratiques du pâturage et des apports en azote. Le sujet de ma thèse était de modéliser une ferme laitière au pâturage. Les principaux aspects étaient de recréer le déplacement du troupeau d’un paddock à l’autre, de prédire l’ingestion individuelle de chaque vache et d’en déduire la production de lait.

JPEG - 22 ko
Un modèle pour déterminer la production de lait

L’un des intérêts majeurs d’un tel modèle est la possibilité de créer un logiciel d’aide à la décision pour permettre aux fermiers de prédire la conséquence d’un changement au sein de leur ferme (ex : Distribution de plus de concentré, changement de la période de pâturage,…). Pour la recherche, un tel modèle peut, entre autre, permettre de prédire les impacts économiques et environnementaux de différentes directives gouvernementales ou de trouver la ferme « idéale » dans des conditions données.

Mon travail actuel en tant que chercheuse est toujours sur la même lignée, et consiste prioritairement à finaliser et fusionner les deux modèles de ferme et de croissance d’herbe pour permettre le début de développement des outils d’aide à la décision.

Le modèle d'Elodie étudie les impacts économiques et environnementaux des directives - JPEG

Collaboration entre l’INRA et TEAGASC

Ce projet est une preuve de la bonne collaboration entre TEAGASC et l’INRA. En effet, ma thèse a été co-supervisée par Laurence Shalloo (Teagasc), Michael Wallace (UCD) et Luc Delaby (INRA). De plus, le modèle créé au cours de cette thèse utilise les systèmes de nutritions de la vache laitière développé par l’INRA mais adapté au système et aux animaux Irlandais. De nombreuses collaborations ont lieu entre la France et Teagasc avec notamment le co-encadrement de thèse mais également la présence de nombreux stagiaires français à Moorepark tout au long de l’année (avec un maximum d’affluence en été, avec parfois plus de 30 stagiaires français présents simultanément).

Mon parcours

Originaire d’une petite ville des Ardennes appelée Revin où j’ai effectué mes études jusqu’à la terminale, j’ai ensuite intégré les classes préparatoire BCPST au lycée Clémenceau à Reims qui m’ont permis d’intégrer l’école d’ingénieur Agrocampus Ouest Centre de Rennes.

Au cours de ma formation d’ingénieur j’ai eu l’opportunité d’effectuer un stage de 6 mois à l’INRA sur la comparaison des systèmes de nutrition entre la France et la Hollande. C’est lors de ce stage que j’ai pris connaissance de l’existence d’une thèse à Teagasc Moorepark dans le cadre d’un projet FP7 Marie Curie, ce qui a été le début de mon aventure irlandaise.

JPEG - 175 ko
Le site de Teagasc à Moorepark

publié le 06/10/2015

haut de la page