L’Irlande et la France : être mieux connectés

Nous avons rencontré Dr Carlos Bader, de Centrale Supélec Rennes, qui nous a parlé de ses liens avec l’Irlande et, plus précisément, avec le Centre de Recherche CONNECT à Dublin.

« Les relations entre le centre de recherche CONNECT (autrefois CTVR) de Trinity College Dublin et le groupe de recherche SCEE de Centrale Supélec (Campus de Rennes) en France, trouvent leurs racines de l’action européenne COST IC902 « Cognitive Radio and Networking for Cooperative Coexistence of Heterogeneous Wireless Networks » qui s’est terminée en 2013.
Les deux institutions ont notamment travaillé ensemble à l’organisation de plusieurs actions de diffusion (séminaires d’été et ateliers) dans le domaine des systèmes et outils cognitifs de communication.

Aujourd’hui, la collaboration et le domaine technique que nous développons par le biais du PHC Ulysses est principalement basé sur l’étude de nouvelles formes d’ondes pour la cinquième génération de technologies sans fil. Bien que la recherche fondamentale pour la 5G soit désormais bien avancée, il reste une interrogation : qu’est-ce qui fait un système 5G et quels en sont les pilotes ? Il est prévu que la 5G doive être pilotée par des applications et des scénarios de référence qui ne sont pas possibles aujourd’hui voire même inimaginables avec la technologie dont nous disposons actuellement.
Alors qu’un système LTE (Long Term Evolution-4G) est conçu pour maximiser la performance en appliquant une synchronisation et une orthogonalité strictes, les tendances émergentes pour les réseaux 5G révèlent des écueils majeurs :
1. Les Machine-type communications (MTC, Communications de Type Machine) demandent des procédures lourdes pour appliquer une synchronisation stricte.
2. Les schémas collaboratifs demandent des efforts énormes pour collecter des bénéfices sous la réserve d’une orthogonalité et d’une synchronisation strictes.
3. Une agrégation de transporteurs efficaces demande des systèmes qui peuvent limiter leur émission hors bande pour convenir au spectre fragmenté.
En somme, l’accès sans fil doit être flexible, évolutif, robuste, fiable et efficace à la fois en termes d’énergie et de spectre.

Comme la recherche sur les formes d’onde n’en est qu’à ses balbutiements, il y a un nombre de questions sans réponse. Nous sommes tout particulièrement intéressés par les communications multi-utilisateurs (MTC) ou l’effet du désalignement de la fréquence temps sur les MTC montantes, des problèmes qui ne sont pas encore bien traités aujourd’hui.

PNG - 75.1 ko
Dr Carlos Bader

En outre des actions mentionnées ci-dessus avec le centre CONNECT, nous avons présenté une discussion technique au Internet of Things Lab (IoE2) de University College Dublin sur le statut et la migration des réseaux Mobiles Personnels de Radiocommunications (PMR : Communications d’urgence et pour la sécurité publique) et sur les formes d’ondes flexibles pour une évolution vers des schémas haut réseau semblables à la LTE pour les communications de sécurité publique. L’objectif principal de cette conférence était de présenter les nouvelles tendances dans le développement d’un système haut réseau pour les communications d’aide humanitaire, et le rôle fondamental des formes d’ondes flexibles pour la coexistence des systèmes avec les systèmes commerciaux déployés en PMR. Cette conférence vise à aider chaque groupe de recherche (SCEE et IoE2) à définir des actions possibles de recherche et techniques à court terme et à consolider notre relation par des actions conjointes. »

publié le 04/11/2015

haut de la page