La Résidence de France et son histoire

Mytilène


Au milieu du XIXème siècle, Ailesbury road, rue résidentielle du sud-est de Dublin a été créée, dans un quartier dénommé alors "Pembroke Township", sur des terres appartenant au comte de Pembroke dont la famille était originaire de Wilton, près de Salisbury en Angleterre.

La rue fut ainsi nommée en hommage au marquis d’Ailesbury qui avait épousé une fille de Lord Pembroke, et avait également hérité du titre et des biens de Lord Cardigan, qui mena la charge de la Light Brigade à Balaclava en 1854.

Ailesbury road était alors la plus longue rue rectiligne de Dublin : un mile depuis l’église de Donnybrook jusqu’à la gare de Sidney Parade. Certaines maisons, situées n°1 à 51 démontrent une certaine créativité architecturale. Elles sont construites en brique rouge et granit dans des combinaisons variées, avec un escalier de marches de granit uniformes menant à la porte d’entrée, et des grilles en fer forgé cloturant le jardin. Les maisons n°1 à 27 furent construites par Alderman Meade, dans un style que l’on retrouve ici et ailleurs dans Dublin avec des piliers de granit circulaires aux entrées. Sa propre résidence qu’il dessina également est aujourd’hui l’école St Michael située à la fin de la rue.

La maison n°53 baptisée à l’époque "Mytilène" se distingue des autres demeures en brique rouge et granit. C’est une propriété plus importante, avec une balustrade de granit et de larges marches conduisant à l’entrée monumentale. On y accède par deux portails similaires encadrés de piliers carrés en granit. Elle est entourée d’un jardin boisé. Elle est construite en briques blanches avec des dessins en briques noires, des frises ornementales et certaines briques recouvertes de porcelaine.

L’histoire de cette maison et de sa construction est, d’après les souvenirs locaux, la suivante.

La foire de Donnybrook, événement annuel datant du roi John en 1204, se tenait chaque été sur le site de l’actuel terrain de rugby. Cette foire, très vite célèbre aux alentours, fut supprimée en 1860 en raison des excès de violence, d’alcoolisme et des vols.

Durant l’année 1840, un garçon sans domicile et sans argent, dénommé George Bustard, âgé de 14 ans, vendait le journal à la foire de Donnybrook. Il trouva un portefeuille contenant une forte somme d’argent. Avec beaucoup de difficultés, il en retrouva le propriétaire qui fut impressionné par son honnêteté et le récompensa généreusement. Avec cet argent, il embarqua sur un navire en partance pour l’Australie. Sans instruction, mais intelligent et travailleur, il maîtrisa rapidement les différentes techniques de la construction. Durant ces années de travail en Australie, il fit fortune et projeta de construire pour ses vieux jours une demeure remarquable dans sa ville natale, proche du site de la foire qu’il avait connu dans sa jeunesse. Il décéda avant de réaliser ce rêve mais ses dernières volontés mentionnaient la construction de la maison comme une obligation pour son fils et se trois filles. Dans son testament, la localisation, le style et les matériaux de la maison étaient minutieusement décrits. Le site finalement choisi sur Ailesbury road n’était pas suffisamment grand pour la maison envisagée, mais aucun autre terrain disponible n’a pu être trouvé "près du site de la foire" tel que stipulé dans ses dernières volontés.

Les briques blanches avec lesquelles la maison fut construite ont été fabriquées spécialement et chaque brique a coûté dit-on une somme considérable à cette époque. Cette maison, suivant les instructions de George Bustard, fut nommée Mytilène, nom qui fut gravé verticalement sur les piliers d’entrée. Il avait entendu, très jeune, ce nom grec et à cause de ce nom, il s’intéressa à la Grèce et à la Rome antiques. D’où l’influence hellénique dans l’architecture de la partie droite de la façade, et romaine pour le porche.

La maison comprenait des appartements séparés pour son fils et ses filles, avec une salle à manger et une salle de réception communes. A cette époque, la maison disposait de 40 pièces de tailles variées. Dans la salle à manger, la table avait la forme d’un fer à cheval, et certains meubles furent spécialement fabriqués en bois de bateaux naufragés, similaires à celui qui avait emmené George Bustard en Australie.

Après son mariage, son fils partit en Irlande du Nord, laissant la maison à ses trois soeurs célibataires, dont l’aînée décéda peu après. Les deux autres soeurs vécurent jusqu’à la fin des années 1920 dans une certaine solitude. Néanmoins, la plus jeune des deux, Kate, invitait fréquemment les enfants du quartier qui exploraient le parc planté de cèdres et d’arbres forestiers, selon les volontés de son père, et les sombres pièces garnies de meubles victoriens et ornées de lustres et de lourdes tentures. A la table de la salle à manger, selon la volonté de George Bustard, des places étaient toujours réservées pour ses quatre enfants, qu’ils soient présents ou non, et cette pratique persista jusqu’à ce que Kate Bustard s’assit seule à la table en fer à cheval dans la maison vide. Peu avant sa mort, elle déménagea pour une maison plus modeste à Donnybrook et sa fortune revint au fils de son frère, Reginald Bustard.

Mytilène fut achetée par le gouvernement français le 1er octobre 1930.

JPEG - 86.6 ko
Résidence de France
Photo prise vers 1965.

La création de la légation

La Légation de France dans l’Etat libre d’Irlande a été créée par la loi du 18 juillet 1930 promulguée par le Décret du 26 juillet 1930.

Son personnel a été composé comme suit :
- M. Charles ALPHAND, Envoyé extraodinaire et ministre plénipotentiaire ;
- M. Roger GAUCHERON, Secrétaire de la Légation ;
- M. Jean VACHER-CORBIERE, Consul-Adjoint ;
- M. Roger MEFFREYS, Chancelier ;
- M. André ALPHAND, faisant fonction d’Attaché de chancellerie ;
- M. André LEPREVOST, attaché commercial.

Le Ministre a présenté ses lettres de créances à son Excellence le Gouverneur général de l’Etat libre le 29 juillet 1930.

Le siège de la Légation a été provisoirement installé au château de Leixlip (Co. Kildare) et les services de la chancellerie et du Consulat, 32, St Stephen’s Green.

La légation a été transférée 53 Ailesbury road le 7 avril 1931 et les services de la chancellerie et du consulat ont été installés dans l’Hôtel de la Légation le 15 mai.

Les couleurs françaises ont été hissées pour la première fois par les marins de l’aviso garde-pêche "La Sentinelle", sur l’Hôtel de la Légation le 11 mai 1931 en présence de :
- Son Excellence Mr. Mc NEILL, Gouverneur général de l’Etat libre ;
- Son Excellence Mr. COSGRAVE, Président du Conseil exécutif ;
- Son Excellence Mr. Mc GILLIAN, Ministre des Affaires étrangères ;
- Des membres du gouvernement, et des représentants étrangers accrédités à Dublin.
Lors de cette réception, se présentèrent Eamon de Valera et quelques uns de ses amis politiques, qui n’avaient pas été officiellement invités.
Il furent néanmoins accueillis par le Ministre de France, au moment même où les hôtes officiels prenaient congé.

Après la proclamation de la République d’Irlande, la Légation fut transformée en Ambassade.

Les bureaux de la Chancellerie qui se trouvaient initialement au rez-de-chaussée, déménagèrent en 1967 au 36 Ailesbury road avant de déménager au 66 Merrion Square en mars 2015.

JPEG - 97.4 ko
Légation de France - Parc automobile
Photo prise vers 1930.

publié le 02/10/2015

haut de la page