Pourquoi étudier à l’étranger et quels bénéfices en tirer ?

Un projet COST réunit l’Irlande et la France pour explorer les bénéfices d’étudier à l’étranger.

JPEG Telles sont les questions auxquelles le projet COST « Study Abroad Research in European Perspective » (SAREP), coordonné par l’Irlande et dans lequel participe la France veut répondre. Ce projet s’inscrit dans le contexte du développement de l’éducation internationale et des études à l’étranger, que ce soit au niveau international ou européen et veut identifier les bénéfices et limites d’une expérience à l’étranger dans le cas de personnes étudiant dans une seconde langue. L’originalité du projet réside dans le prisme multithématique de l’approche, puisqu’il s’intéresse au développement à la fois linguistique de l’apprenant mais aussi interculturel, social, personnel, universitaire et professionnel. Les chercheurs membres du réseau s’intéressent à la fois aux champs de l’acquisition d’une seconde langue, à la linguistique appliquée, au test du langage, à l’éducation du langage, à la psychologie, à la sociologie et à la statistique.
Lancé le 20 avril dernier, le projet SAREP rassemble pour une durée de quatre ans, 18 pays de l’Union Européenne. Il est coordonné par le Dr Martin Howard, de la Faculté de Français à University College Cork. En France, c’est le Dr Henry Tyne pour l’Université de Perpignan qui fait partie du réseau.
Les projets COST sont des projets de mise en réseau qui permettent de fédérer une ou plusieurs communautés de chercheurs autour d’une thématique scientifique et de mettre en réseau des jeunes chercheurs.

publié le 09/05/2016

haut de la page