Situation en Syrie

Propos du ministre à la sortie du conseil de défense

Mesdames et messieurs, nous avons tenu, sous la présidence du président de la république un conseil de défense.

Le président s’est exprimé hier sur la situation créée par le massacre chimique à l’initiative du régime.

Nous avons fait l’analyse de la situation, des différentes hypothèses, sur le plan diplomatique bien sûr, sur le plan de la défense et comme vous le savez, le parlement sera réuni mercredi prochain comme c’est normal. Il y a à la fois l’indignation bien sûr très compréhensible et légitime et en même temps, la réflexion qui est nécessaire.

Nous allons continuer à suivre la situation de très près, heure par heure, il y a beaucoup de contacts internationaux qui sont pris et le président de la République prendra, le moment venu, les décisions qui s’imposent.

Situation en Syrie (Q&R - Extrait du point de presse)

Q : Le président a annoncé hier que la France augmenterait son soutien militaire à la Coalition National Syrienne. Qu’est-ce qu’il entend par cela ? S’il est question d’armer la rebellion qu’en est-il des craintes que les armes pourraient tomber entres les mains d’extremistes ?

R : L’augmentation de notre soutien militaire à la Coalition nationale syrienne se fera "dans le respect de nos engagements européens", comme l’a précisé le président de la République hier devant les ambassadeurs.

L’Union européenne a levé l’embargo sur les équipements militaires à destination de la Coalition nationale syrienne le 27 mai 2013.

Nous nous sommes engagés avec les autres Etats membres à ne procéder à des livraisons qu’à la Coalition nationale syrienne, dans le but de protéger la population civile, et à exiger des garanties sur l’utilisateur final et la destination des équipements, afin d’en assurer le suivi attentif.

Informations complémentaires :

- Site du Ministère des Affaires étrangères

publié le 28/08/2013

haut de la page