Témoignage du lauréat "Allons en France 2012"

JPEG

« Allons en France » offre chaque année une opportunité unique aux meilleurs apprenants de français, âgés de 16 à 25 ans, en provenance de tous les pays du monde, de participer à un séjour de 10 jours en France au mois de juillet.
Cette année, le séjour et le concours ont eu pour thème : “Les Droits de l’Homme au XXI° siècle : de nouveaux défis ?”

Voici le témoignage personnel que nous livre Donal Grisewood Kennedy le lauréat irlandais 2012 suite à son séjour en France avec le programme Allons en France sur les Droits de l’Homme.

Nom : Grisewood Kennedy
Prénom : Donal
Age : 21 ans
Etablissement : Trinity College Dublin. Va intégrer Sciences Po Paris à la rentrée 2012.
A participé au programme "Allons en France 2012" grâce au Service culturel de l’ambassade de France en Irlande.

Paris, Donal Grisewood Kennedy - JPEG"Le séjour Allons en France 2012 fut une expérience inoubliable, exceptionnelle et unique, pour des raisons à la fois différentes et liées. Pour que l’on puisse comprendre le caractère merveilleux de cet événement interculturel et linguistique, il faut d’abord élaborer les principaux engagements et rencontres qui ont formé le socle du séjour.
Le but essentiel d’ouvrir le dialogue international, en rassemblant 114 jeunes venant de 86 pays autour d’un thème commun, celui des droits de l’homme, et de rejeter les préjugés, me semble très exigeant comme aspiration. Il montre la détermination inébranlable du Ministère des Affaires Étrangères français à défendre une certaine idée de la France sur la scène internationale et à défendre une certaine vision de ce qui devrait être les enjeux parmi la jeunesse de notre temps.
Dès le premier jour, tous les participants ont été divisés dans des groupes différents. Il y en avait cinq, chacun d’entre eux ayant un thème spécifique. J’étais dans le premier groupe qui avait pour thème « Justice et droit international ». J’avais l’opportunité de parler et de débattre avec d’autres représentants sur des thèmes aussi divers que le conflit israélo-palestinien, les chamboulements dans le Monde Arabe avec ceux et celles qui les ont vécus, l’homophobie avec ceux et celles qui en sont les victimes et la liberté d’expression avec des jeunes provenant de pays où la liberté sur la toile n’est pas garantie.
J’étais tout-à-fait d’accord avec les propos généraux de Monsieur l’Ambassadeur pour les droits de l’Homme François Zimeray concernant le respect des opinions différentes. L’essentiel, c’est de prendre en compte que l’autre existe et l’ouverture d’esprit en découle, plutôt que de penser que l’état actuel des choses est immuable et inéluctable. Autrement dit, la désespérance n’est pas une fatalité.
Etre invité à la Tribune Présidentielle pour le défilé du 14 juillet était une expérience inoubliable, et de la partager avec des jeunes gens venant des pays aussi divers que l’Israël, l’Algérie, la République tchèque, la Chine, ou le continent sud-américain, c’est un souvenir que je garderai dans mon cœur pour toujours.
Vue de la Tribune Officielle du 14 Juillet 2012 - JPEG
Notre visite au Mémorial de la Shoah avait pour but de comprendre la persécution dont les juifs d’Europe furent victimes pendant la Shoah et les siècles avant, puisque l’antisémitisme a existé depuis toujours. Comme la névrose anti-israélienne me parait très dangereuse pour n’importe quelle démocratie, j’ai été choqué par la monopolisation des questions des participants sur le conflit israélo-palestinien.
À la fin du séjour, on a formulé une charte de préconisations et d’actions nécessaires dans les cinq domaines étudiés par les cinq groupes. Cette charte fait appel à l’engouement, au dévouement, et à l’implication des jeunes dans la vie publique de leurs pays respectifs. Il faut donc que ces préconisations soient considérées, voire reprises dans leur intégralité par ceux et celles qui détiennent le pouvoir dans le domaine, que ce soit pour que les idées d’avant-garde de la jeunesse du monde ne soient pas condamnés à rester un simple vœu-pieu collectif parmi bien d’autres, et pour que notre fougue collective à défendre des causes souvent désespérées ne soit pas condamnée à s’évanouir.
J’ai beaucoup apprécié l’intervention des représentants de l’AADH et de l’Avocat Général de Paris. Je suis fier d’être intervenu à la Cour des Droits de l’Homme à Strasbourg sur la question de l’avortement en Irlande dans les cas où la vie de la femme est menacée et, plus généralement, sur l’absence de volonté politique de la part de la classe politique irlandaise de trancher ce sujet par la loi. Je suis aussi intervenu sur le sujet de la mémoire de la Shoah. L’intervention de Louis-Georges Tin et de Nicolas Gougain de l’Inter LGBT était aussi importante, vue l’exigence d’achever le but de vivre-ensemble et d’accepter toute personne comme elle est. J’ai noté avec intérêt la différence des attitudes sur l’homosexualité, largement motivées pour des raisons culturelles-religieuses. Il faut que d’autres opinions, qui ne correspondent pas aux nôtres, soient respéctées pour que l’on puisse débattre ensemble.
Donal Grisewood Kennedy au Parlement Européen - JPEGJe remercie l’Institut Français, la Maison des Cultures du Monde et bien sûr l’Ambassade de France en Irlande de m’avoir sélectionné en avril. J’espère que j’ai bien représenté mon pays. Pas de langue de bois, pas de naïveté, pas de repli sur soi.
Je viens par ailleurs de représenter l’Allemagne au Conseil des Droits de l’Homme pendant une simulation des Nations-Unies à Berlin. Je me prépare à recommencer mes études, cette année à Sciences-Po Paris.
À toutes et à tous qui ont fait AEF 2012 une expérience unique dans ma vie, je vous remercie du fond du cœur."

Donal Grisewood Kennedy
Lauréat irlandais "Allons en France 2012"

publié le 27/08/2012

haut de la page