Témoignage du lauréat irlandais 2012

PNG

Dans le cadre du programme Culture Lab initié par l’Institut Français pour la première fois cette année,191 jeunes du monde entier, âgés de 18 à 30 ans, ont pu suivre un stage professionnalisant dans le domaine du cinéma, du théâtre, de la musique, des arts visuels et numériques ou du débat d’idées, de Juillet à Septembre 2012.

Grâce au Service Culturel de l’Ambassade de France à Dublin, le lauréat irlandais, Bryan Moriarty, a pu suivre une formation au festival de théâtre de rue d’Aurillac du 18 au 26 Août 2012. A la fois passionné d’arts dramatiques et francophone, Bryan est par ailleurs actuellement étudiant à la London Academy of Music and Dramatic Arts.
Voici son témoignage, écrit en français, sur cette expérience artistique et interculturelle passionante.

"Il était cinq heures, et sur la Place de l’Hotel de Ville, le soleil restait brillant et chaud, étincelant sur l’eau de la fontaine au milieu du square. Notre groupe de vingt jeunes francophones du monde entier s’est arrêté, épuisé par notre voyage et par la chaleur qui frappait même les Algériens parmi nous, sans parler de moi l’Irlandais. Nous traversions le centre-ville d’Aurillac, où nous allions passer la semaine à participer à un programme d’échange culturel et de rencontres professionnels autour de la 27e édition du Festival International de Théâtre de Rue.

À notre arrivée, la ville paisible semblait peu préparée à accueillir une vingtaine de compagnies invitées et presque 500 compagnies de passage, aussi que les milliers de gens qui allaient assister au festival célébré. Mais au fil des jours suivants, les murs, les réverbères, même les fontaines se sont remplis d’affiches, et les aurillacois, avec un air résigné, se sont préparés pour les foules qui allaient descendre. Pendant ces préparations, notre groupe a discuté de nos préconceptions du théâtre de rue, de nos attentes du festival, et les animateurs ont esquissé l’histoire moderne de la forme du théâtre de rue. Comme la plupart des participants, j’avais peu d’expérience du théâtre de rue, et mes connaissances étaient tirées largement de mémoires vagues.

En effet, rien ne pouvait me préparer à la diversité et à la qualité du festival. On voyait des spectacles partout : dans une forêt dans les environs de la ville, où les comédiens ont soufflé de la poésie dans les oreilles des spectateurs ; à l’extérieur d’un château qui dominait la ville, où le spectacle s’est joué sous un orage ; et surtout dans les rues, les ruelles, les squares et les impasses. On a assisté aux spectacles qui traversaient les genres, et à d’autres qui étaient tout simplement hors genre.

Les interventions et les rencontres du programme, organisé par le CÉMÉA et l’Institut Français, n’étaient pas moins divers. Nous avons rencontré des experts et des artistes du théâtre de rue, et nous avons discuté des spectacles qu’on avait vus en groupe, trouvant de nouveaux chemins de pensée et de réflexions sur les shows et sur le théâtre de rue en général.

Une question qui m’a intéressée pendant toute la semaine était celle de la définition du théâtre de rue, une définition toujours évasive. Personne ne pouvait préciser les caractéristiques essentielles de cette forme. Faut-il être toujours gratuit ? Faut-il que cela se déroule dans un espace urbain ? Est-il un théâtre politique, ou un simple divertissement ? Finalement, la réponse ne pouvait jamais être un simple « oui » ou « non ». Pour moi, l’image du théâtre de rue reste celui crée dans le dernier spectacle qu’on a vu à Aurillac. Figures Libres, spectacle de la compagnie KompleXKapharnaüM, a transformé le centre-ville en théâtre énorme, où des centaines de gens ont suivi une comédienne et d’innombrable images projetées sur les murs des bâtiments à travers la ville pendant une heure et demi. Exploration de l’individu et du groupe, interrogation de l’identité, célébration de la vie, c’était un spectacle puissant et imaginatif, qui va, comme toute mon expérience du festival, informer et inspirer mes propres projets théâtraux à venir. "

Bryan Moriarty
Lauréat irlandais CultureLab 2012

Gagnez une formation de théâtre en France !

publié le 12/09/2012

haut de la page