Une formation juridique d’excellence à University College Dublin

Le Bachelor of Civil Law (BCL)/Master 1 en droit est l’un des rares doubles diplômes entre la France et l’Irlande, en tout cas le seul dans le domaine des sciences juridiques.

Il s’agit d’un programme ambitieux de quatre années d’études à l’issue desquelles les étudiants obtiennent deux diplômes : d’une part, le BCL ou diplôme de premier cycle irlandais, et d’autre part, un Master 1 d’une université française partenaire (mention droit français et droit de common law). Les perspectives de carrière offertes sont impressionnantes.

Docteur en droit de l’université Panthéon-Assas, Marie-Luce Paris est enseignante-chercheuse à la Faculté de droit de UCD et se spécialise en droit public comparé (droits français, irlandais et anglais), droit de l’Union européenne et droit européen des droits de l’homme. Elle vient juste de reprendre la direction du double diplôme, après en avoir été la coordinatrice pendant plusieurs années. Elle a accepté de nous raconter l’histoire particulière de ce cursus.

Comment s’est construit ce double diplôme ?

JPEG - 5.4 ko
Marie-Luce Paris, directrice du double diplôme

Au départ, la seule possibilité offerte aux étudiants en droit de l’université pour aller étudier à l’étranger était le programme Erasmus. Lancé en 1987, celui-ci a connu un immense succès, non démenti depuis, dans toutes les facultés de droit irlandaises, comme dans les autres disciplines d’ailleurs. UCD a alors décidé de d’offrir une formation plus intégrée et de créer un diplôme de droit national et droit français renforcé afin de permettre aux étudiants irlandais, formés à la common law, de se familiariser avec le droit civil (français) continental et éventuellement de pouvoir travailler dans les institutions européennes. Ce fut le Bachelor of Civil Law with French law établi en 1999. Celui-ci comporte une année obligatoire dans une université française, en plus de la formation de droit français dispensée à UCD, avant et après cette année d’échange. Dans ce cadre, la Faculté de droit a recruté trois enseignants français pour enseigner le droit français – c’est comme cela que je suis arrivée à UCD au début des années 2000. Les quatre partenaires du BCL Law with French Law sont les universités Panthéon-Assas, Paris Ouest (Nanterre), Provence (Aix-Marseille) et Toulouse I Capitole. L’objectif est de fournir aux étudiants un enseignement juridique de qualité dans les deux systèmes, accompagné d’un apprentissage de la langue et terminologie juridique françaises, offrant ainsi aux étudiants une véritable valeur ajoutée allant au-delà de ce qu’offre Erasmus. Quelques années après, et devant le succès du BCL Law with French Law, nous avons lancé l’idée d’un double diplôme avec l’université Panthéon-Assas, avec pour modèle le plus ancien de ces types de formation, à savoir le double diplôme établi, en 1977, entre le King’s College de Londres et l’université Panthéon-Sorbonne. Nous avons finalement lancé le double diplôme de UCD en 2005. Un autre partenariat de double diplôme a vu le jour avec l’université Toulouse I Capitole en 2009.

JPEG - 238.5 ko
Campus de UCD

Quelles ont été les difficultés dans la conclusion de ces partenariats ?

Les structures françaises et irlandaises sont différentes tant au niveau des programmes d’enseignement que des débouchés en fin des études. Pour devenir barrister (avocat à la cour) en Irlande, il faut suivre la formation des King’s Inns alors que pour devenir solicitor (avocat qui ne plaide pas à la Cour), il faut passer par la Law Society of Ireland. En France, le schéma est plus classique avec les écoles d’avocats, mais les autres débouchés, comme ceux de l’école de la magistrature (ENM) après un Master 1 ou Master 2, sont bien entendu également ouverts. La principale difficulté est de s’entendre, entre partenaires, sur un programme d’études cohérent et complet qui respecte l’apprentissage des matières essentielles de part et d’autre au cours des deux années d’études de chaque droit national, ainsi que l’apprentissage de matières stratégiques, comme celles de droit anglais qui permettront aux diplômés de passer les qualifications professionnelles anglaises pour pouvoir pratiquer au Royaume-Uni. Ces difficultés – surtout lorsque les exigences des organismes professionnels changent, comme cela vient d’être récemment le cas au Royaume-Uni – sont surmontées grâce à la réactivité des équipes en place, en particulier le soutien du Doyen de la Faculté de droit de UCD et le dynamisme du Programme Manager.

Comment se déroulent la formation des étudiants inscrits dans ce double diplôme ?

Les étudiants passent deux années à UCD et deux années dans l’université partenaire. Ils reçoivent les mêmes contenus de formation que les autres étudiants, mais ont un programme plus intense et donc bénéficient d’un suivi plus personnalisé. Le nombre peu élevé d’étudiants sélectionnés pour suivre cette formation permet en effet un encadrement de premier choix avec des équipes enseignantes à leur écoute qui les suivent tout au long de leur parcours. On garde également un contact avec les diplômés autour d’un réseau d’anciens élèves qui se construit petit à petit – cela est rendu plus facile par le moyen des réseaux sociaux.

Quel est l’intérêt pour les étudiants de choisir ce double diplôme ?

C’est un cursus qui leur permet d’étudier deux systèmes et cultures juridiques différents, selon deux méthodes d’enseignement différentes, ouvrant donc sur une approche comparée du droit qui est devenue assez essentielle dans un environnement juridique européanisé et mondialisé. Les étudiants suivent ce programme dans deux langues et deux pays différents pour obtenir leur diplôme – apprentissage d’une autre langue et mobilité sont bien les deux clés d’un parcours juridique d’excellence qui offre un avantage indéniable par rapport aux diplômés de formations plus traditionnelles. Ce double diplôme forme bien des ‘bi-juristes’, prêts à travailler dans un environnement européen et/ou international, que ce soit en restant dans leur pays d’origine – en travaillant dans un grand cabinet d’avocats à Dublin ou Paris – ou en partant à l’étranger – en s’installant à Luxembourg ou New York.

Quel est l’avenir du double diplôme ?

L’avenir s’annonce bien ! Nous révisons régulièrement, sur une base annuelle, le contenu des enseignements, ainsi que le profil général du programme puisque nous avons des contrôles qualité assez stricts tant du côté irlandais que du côté du ministère français. L’une des réformes envisagées, par exemple, est de renforcer l’apprentissage du français pour les étudiants irlandais dès le début de leur cursus universitaire afin d’encore mieux les préparer pour leurs études en France. Sinon, le double diplôme va fêter ses dix ans. Nous envisageons de célébrer cet évènement au cours de l’année universitaire 2015/2016 en partenariat avec les institutionnels français, notamment l’Ambassade de France.

Pour conclure, nous sommes très reconnaissants du soutien apporté par l’Ambassade à la Faculté de droit de UCD. Ce soutien permet de redynamiser la pertinence de cette formation dans le contexte compétitif actuel, ainsi que de valoriser le travail énorme fourni par les équipes dirigeantes et enseignantes de UCD et des universités partenaires, travail qu’il fournissent en plus de leur travail de chercheurs et d’enseignants.

publié le 04/08/2015

haut de la page